vendredi 14 août 2015

Plus de répression pour les conducteurs

Plus de morts sur les routes en France.
C'est déplorable. Tout le monde est d'accord.
Cependant il ne faudrait pas prendre ce prétexte pour ponctionner encore les automobilistes en augmentant les contraventions ou en multipliant les contrôles de vitesses.
Les médias nous rabâchent les statistiques du mois de juillet 2015. Cependant quelques uns ont pris la peine de nous informer que cette année il y avait plus de circulation que les années précédentes. Plutôt que de donner le nombre total de morts on pourrait nous donner le nombre de morts en fonction de l'intensité du traffic. Il est certain que plus il y a de véhicules en circulation en même temps, plus le risque d'accident est grand. Bien sûr, pour les familles, leurs défunts ne sont pas des statistiques.
On va encore nous dire qu'il faut faire passer la vitesse de 90 à 80 km/h sur le réseau non autoroutier. Est-ce que ça va changer quelque chose ? Est-on certain que la plupart des accidents est due à une vitesse comprise entre 80 km/h et 90 km/h sur route et aux alentours de 130 km/h sur autoroute ? Non. Quand la vitesse est en cause, il s'agit de gros excès de vitesse.
Faire respecter les règles en place me semble suffisant. Cependant, encore faut-il que les règles soient pertinentes.
Sur une route que je pratique régulièrement, il y a deux virages pour lesquels la vitesse reste limitée à 90 km/h. Si avec l'une de mes voitures, une sportive allemande, on peut passer à 90 km/h voire à une vitesse très supérieure (ce que je ne fais pas), avec une autre, un monospace allemand, cette vitesse me parait la limite acceptable et avec la troisième, un petit utilitaire de marque française, je ne me sentirai pas en sécurité si ma vitesse dépassait la vitesse limite autorisée de quelques km/h et je trouve que passer à 90 km/h est déjà un peu rapide.
Je connais un village où les camions sont limités à 30 km/h. Aucun ne passe à cette vitesse. Ils nous rattrapent alors que nous roulons à 50 km/h. Certains ont été chronométrés à plus de 70 km/h. Jamais de contrôle de vitesse dans le village !
Un peu plus de pertinence dans les limitations de vitesses, des radars placés dans des endroits réellement accidentogènes et pas uniquement pour faire du fric et les automobilistes français seraient surement plus enclins à respecter les limitations.
Il serait bien que les forces de l'ordre montrent l'exemple. Sur une 4 voies limitée à 70 km/h que je respectait scrupuleusement, j'ai été rattrapé par deux motards de la gendarmerie. Au moment où le premier m'a dépassé, on arrivait au niveau d'un radar, celui-ci s'est rabattu devant moi en ralentissant pour passer le radar sans le faire flasher. En se rabattant, il s'est mis à quelques mètres devant moi sans se soucier des distances de sécurité et une fois le radar passé il a fortement accéléré faisant peu de cas de la limitation de vitesse. Il ne faisait fonctionner ni son avertisseur sonore ni son gyrophare ! Pendant ce temps, son collègue restait à ma hauteur au niveau du radar puis a accéléré fortement une fois le radar passé.
Une autre fois, j'ai été rattrapé par une voiture officielle escortée de deux motards dans une zone où le dépassement n'était pas possible. Celui qui ouvrait la route me collait, encore une fois, pas de gyrophare. Si j'avais du ralentir un peu brusquement, on traversait un village, il est à peu près certain qu'il m'aurait percuté.
S'il vous plait, M. Cazeneuve ne faites pas d'effet d'annonce et faite preuve de circonspection.


mercredi 4 mars 2015

Jean-Christophe Lagarde ne respecte pas les enseignants

JC Lagarde voudrait qu'on revienne aux 39  heures payées 35 ! on a vu dans l'article précédent que le problème n'est pas une question de temps de travail... Il voudrait aussi faire travailler les enseignants 2 heures de plus par semaine, il occulte la question d'une auditrice qui lui fait remarquer que quand on est passé de 39 à 35 heures, les enseignants eux, n'ont pas eu de réduction d'horaire ! Il est vrai que pour un grand nombre de personnes, les enseignants ne travaillent que lorsqu'ils sont face à des élèves  ! Ces gens oublient les préparations de cours, les corrections, les surveillance des devoirs, les réunions, l'auto formation... Les enseignants français sont aussi parmi les moins bien rémunérés des pays "riches" d'Europe.

La finance détruit tout.

La part des investissements des entreprises est de plus en plus faible alors que la part redistribuée aux actionnaires est de plus en plus grande. C'est du bénéfice à court terme. On achète une entreprise, on  "réorganise, restructure", en fait on dégraisse, on licencie, on délocalise, l'action (re)monte et on revend, deux ou trois ou quatre fois plus cher que le prix d'achat. On, c'est les fonds de pension, ou des groupes financiers. Les perdants : les salariés en premier lieu, mais aussi la société, le pays. Tout ça pour le profit de quelques uns. Les financiers ne produisent rien, ce sont des parasites, des vautours...
Merci Élise Lucet. France 2,  mardi 3 mars 2015.

lundi 23 février 2015

Bon sens

Un étudiant à qui on demandait qui a dit "L'essentiel est de participer" a répondu... Un perdant sans doute !

lundi 16 février 2015

Assiette Champenoise du 30/01/15

Mérite amplement la troisième étoile pour ce qui est de la cuisine

mardi 10 février 2015

Notation à l'école

Il semble qu'il ne faut plus mettre de notes aux élèves. Pourquoi continue t'on de mettre des notes pédagogiques et administratives aux professeurs ?

lundi 9 février 2015

Prix du gaz suite...

Courant janvier, un démarcheur GDF-SUEZ s'est présenté à mon domicile pour me faire changer de contrat. Prix bloqué pendant 3 ans, donc pas d'augmentation pendant trois ans... Alors que selon lui, il fallait s'attendre à des hausses importantes prévues. Je lui ai demandé si les hausses seraient appliquées compte tenu de l'indexation du prix du gaz sur celui du pétrole qui est en forte baisse... Malaise... De plus il ignorait la provenance du gaz !
Depuis, les prix ont baissés, pas autant qu'on pourrait l'espérer, mais ils ont baissés.

lundi 19 janvier 2015

Prix du gaz, encore...

Dans l'article précédent sur le prix du gaz, le motif d'augmentation était l'indexation sur le prix du pétrole. Pourquoi le gaz ne baisse-t'il pas depuis début 2015 alors que le prix du pétrole est en chute libre ?